Nos villes se clochardisent au fil des ans jusqu’à en perdre leur cachet spécifique pour devenir de languissantes cités-dortoirs

Jadis fleuron de la riche plaine de la Mitidja, Boufarik sombre aujourd’hui dans l’anarchie et la saleté. Où sont ces manifestations  culturelles, artistiques et sportives qui égayaient des journées mémorables la vie des Boufarikois et qui faisaient la joie de tous. La Fête des oranges, dont Boufarik tirait toute sa fierté, n’a pas eu lieu depuis des lustres. Où sont passées toutes ces variétés d’oranges, pourtant cultivées il y a à peine une vingtaine d’années, aux alentours de la ville et qui décoraient et donnaient des senteurs agréables du Grand Boufarik.

A l’hôpital public de Boufarik, les cafards et les rats d’égout côtoient les malades

Invasion d’insectes, fuites d’eau, monticules de déchets… La visite de l’hôpital public de Boufarik, une ville située à 35 km à l’est d’Alger, fait froid dans le dos. Ici, les patients se soignent, en évitant de tomber encore plus gravement malade. Face à un manque d’hygiène criant, même le personnel médical semble avoir démissionné. Reportage dans un hôpital désaffecté, mais qui continue à recevoir des malades.