Une quantité d’or estimée à 120 millions a été récupérée. Quatre bijoutiers et une étudiante arrêtés à Alger

Des bijoutiers indélicats continuent à exercer sans registre de police et font dans le recel des objets subtilisés sur les victimes de vol dans le Grand-Alger.

Quatre bijoutiers et une étudiante, âgée de 26 ans, ont récemment été arrêtés à Alger et Boufarik pour vol, recel et commercialisation sans registre de police de bijoux. Tout a commencé quand ladite étudiante a rendu une visite de courtoisie à sa cousine à Douéra. Celle-ci ne doutant guère de la confiance qui règne dans sa maison s’est fait subtiliser une quantité de bijoux estimée à 150 millions et acquise depuis plus de 20 ans.
La plainte déposée à la Gendarmerie nationale de Douéra, les enquêteurs remontent la filière avant de tomber sur des indices révélateurs, surtout que toutes les pistes étaient privilégiées. Selon le commandant de compagnie de Douéra, Mohamed Bousehla, la victime résidant à Tekakna, avait oublié la visite de sa cousine, résidant à Bougara.
Suite à quoi, les investigations avantagent la piste familiale. Le 24 mai dernier, les enquêteurs découvrent deux bagues vendues à un prix sacrifié à un premier bijoutier exerçant à Boufarik.

Le même jour, et suite à la perquisition des lieux, 69 grammes d’or seront récupérés alors que 86 autres grammes seront découverts chez un autre bijoutier à Bouinane. C’est que même le second marchand de bijoux n’a rien mentionné sur le registre de police et, du coup, est mis en cause pour recel et commerce informel. L’exploration de l’étudiante aboutira à une autre piste, à savoir deux bijoutiers exerçant à Bougara. Ici même, ce sont près de 84 autres grammes d’or qui seront également récupérés, surtout que la première mise en cause a semé de l’or partout. Selon notre source, l’un des bijoutiers était déjà recherché depuis 2008 en vertu d’un mandat d’arrêt émis par le tribunal de Sidi-M’hamed. Ce dernier était impliqué dans le trafic d’or et commercialisation de faux bijoux.

Présentés devant la justice, les 5 individus seront écroués et seront jugés pour vol, recel et trafic d’or. Autre affaire élucidée, un vol au sein d’une grande entreprise de construction d’Ouled Mendil, toujours à Douéra. Selon la même source, deux individus exerçant dans cette entreprise n’ont pas trouvé mieux que de voler la pièce de rechange et des accessoires d’un camion parqué à l’intérieur même de la société où exercent des Algériens et des étrangers. Les témoins ont révélé que rien n’est sorti de l’entreprise durant la nuit du vol. Ce qui facilitera aux enquêteurs de découvrir le lot de pièces et d’accessoires volés et d’arrêter les deux personnes impliquées dans cette affaire. Ces dernières avaient, en effet, dissimulé leur butin à l’intérieur de leur atelier. Il aura fallu des témoignages pour avouer enfin qu’ils étaient les deux auteurs du délit.

Les deux individus ont été également mis sous mandat de dépôt, surtout que l’un des mis en cause était recherché en vertu d’un mandat d’arrêt, émis en 2010 par le tribunal de M’sila, pour vol avec effraction et dégradation de bien d’autrui.

Le même jour, alors que les gendarmes patrouillaient à Douéra à la recherche d’un dealer, ils tombaient sur un jeune consommateur de kif traité et sur lequel une quantité de la même substance a été récupérée. Le mis en cause a été aussi écroué en attendant les résultats de l’instruction.



Source: Liberté