RAMADHAN À BOUFARIK: Le mois des agressions !

La ville sombre dans un climat d’insécurité durant tout le mois de Ramadhan. Connue sous le nom de “Perle de la Mitidja”, la ville de Boufarik, comme chaque année, vit le mois de Ramadhan sous l’effet de la rahma et de la solidarité mais aussi dans une ambiance de violence inquiétante.

Le "Colisée" de Boufarik. Les citoyens tirent la sonnette d’alarme

Refusant de voir le plus ancien vestige de la ville de Boufarik, la salle de cinéma le Colisée, se dégrader du fait d’une construction adjacente laquelle a totalement obstrué les issues de secours et les fenêtres d’aération, les citoyens de la commune des Oranges, n’ayant pas les coudées franches pour faire face à cette atteinte, n’ont pu que dénoncer cet état de fait pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur une telle dégradation qui nuit à l’esthétique de leur ville.

Boufarik: Grogne des militants du FLN

Les militants de la kasma FLN de Boufarik ont décidé de faire de la résistance pour dénoncer les agissements du superviseur de l’assemblée générale tenue le 6 juin dernier. Après les recours introduits auprès des instances concernées du parti, la base attend avec impatience les résultats des examens de ces recours et s’interroge sur la passivité, voire la complicité de ce superviseur dans le statu quo actuel et l’acceptation des dépassements enregistrés lors du vote pour l’élection du bureau de la kasma.

Reportage dans les villes martyres de la Mitidja: Haouch El-Gros, plaie ouverte

Ce village de Boufarik, appelé aujourd’hui douar Souidani-Boudjemaâ, qui a donné à la fois un brave, nommé Mohamed Sellami, et le sanguinaire Antar Zouabri, semble chercher sa voie au milieu d’une grande confusion. Les gens ne croient plus en rien. Le 29 ne leur dit pas grand-chose. Échos et témoignages d’une désillusion.

Mitidja: Le phénomène de l’enclosure

Lorsqu’on traverse les riches terres de la plaine de la Mitidja, du côté de Boufarik, Chebli et Sidi Moussa, on est surpris par le phénomène de l’enclosure qui y a fait son apparition depuis trois à quatre années. Il s’agit des clôtures, piquets et grillages, qui délimitent soigneusement de vastes parcelles de terres qui étaient auparavant bordées par des brise-vents de cyprès.