Boufarik : anarchie à l’hôpital

En plus de la surcharge, de l’insécurité, de l’insalubrité et de la présence de chats dans les services, l’hôpital fait face à une anarchie indescriptible. Il est loisible de constater, chaque matin, selon le corps médical, la désorganisation de l’accueil des malades face à l’exiguïté des locaux.