Lycée Ibn Toumert de Boufarik: Un temple du savoir à préserver

Le lycée Ibn Toumert de Boufarik, un fascinant établissement scolaire, un mythe où passent et repassent  encore des centaines de milliers de lycéens à la recherche du savoir.

A une certaine période, il figurait parmi les rares lycées de la Mitidja. Sa construction a débuté en 1928 et il fut inauguré en 1932 sous l’appellation de «Ecole primaire supérieure de Boufarik». En 1948, il prend le statut de lycée. A cette époque-là, dans les années 1950, il était à proximité du marché hebdomadaire, entouré d’orangers qui fleuraient bon au début du printemps. Il y avait pas mal de lycéens algériens (Boufarikois et autres) parmi les Français, qui étudiaient en ce moment-là dans cet établissement. Après l’indépendance, il fut baptisé «Lycée Ibn Toumert», nom du célèbre théologien né au Maroc «Mohamed Ibn Toumert El Mehdi».

Ce lycée fut dirigé pendant des années par une équipe battante sous la coupe d’un grand monsieur, le défunt Reguieg Ali, ainsi que ses subordonnés,  M. Kessenti actuellement avocat, le regretté Slimani, ancien directeur de l’éducation de Blida, M. Benkadour, directeur à la retraite, sans oublier les pions qui régnaient en maîtres pour instaurer la discipline. Ce prestigieux lieu de savoir a vu pendant des années passer des centaines de hauts cadres de l’Etat qui sont en retraite ou encore en exercice. On peut citer d’ex-ministres, comme Boukrouh, Lacheref, Rouighi, Berchiche, ainsi que d’éminents professeurs en médecine, des directeurs généraux d’entreprise, des avocats et encore…

Depuis l’indépendance et jusqu’aux années 1980, la majorité des lycéens venaient de toute la région Centre :  Koléa, Oued El Alleug, Attatba, Larba, Meftah, Bougara, Chebli, Blida et même Alger et Médéa. Mohamed, un Boufarikois sexagénaire nous relate : «A chaque fois que je passe à côté de ce lieu, j’ai des frissons, je redeviens tout de suite un lycéen des années 1960, car les souvenirs remontent à la surface. J’ai toujours en mémoire ces illustres professeurs : Lemeri, Delettre, Bourne (maths), Boukman, Rodestrof, Daubania (français) MMmes Jeannot (physique et anglais), Merabia, Boudjellal (sport), Laâki, Saâdi, (arabe) et d’autres que je remercie au passage.» «J’ai passé sept années dans ce fameux lycée, réplique Nacer, un ancien du lycée, natif de Larba, ex-DG dans un ministère. J’ai étudié de la 6e à la terminale, tout en étant demi-pensionnaire, je passais la journée au lycée avec mes camarades dont je garde d’excellents souvenirs.»

Souvenirs d’internat
L’autre facette qui modulait le lot quotidien d’une grande partie des élèves de ce fantastique établissement scolaire était l’internat. Abdallah, diplomate et journaliste, témoigne à ce sujet et nous dit : «Nous, élèves internes, que nos camarades externes et demi-pensionnaires ne se privaient pas d’affubler du titre peu enviable de ‘‘M’habssya’’, (littéralement détenus) car on avait un régime strict : cours-déjeuner-cours-repos-études-dîner-dortoirs et extinction des feux. Réussir les examens et le cursus scolaire était le dogme par excellence auquel tant l’administration, le corps professoral et les parents tenaient mordicus ! Pour eux, on était là pour ça. Un véritable parcours du combattant et les pions y veillaient avec patience. Je ne peux oublier ces moments forts de ma vie passés dans ce mythique établissement. Je suis diplomate, là où je vais je relate sans cesse ces moments.» 

Hommage à Blerald Daniel Boukman
«A travers vos colonnes, témoigne Tahar, enseignant en langue française, je veux rendre un vibrant hommage à l’un de mes professeurs de l’époque : Blerald Daniel Boukman, cet éminent écrivain et professeur qui a fait du lycée Ibn Toumert son refuge pendant presque une vingtaine d’années, car il était exilé de sa Martinique natale et il a choisi l’Algérie, plus précisément Boufarik. Qui ne se souvient pas de ce Monsieur ? J’ai appris avec lui le français, le cinéma et l’amour de la patrie. Je ne peux oublier son livre, et jusqu’à la dernière pulsation de mes veines, Ecrits sur la Palestine, Moments d’un autre temps…»
 
Source: El Watan - 2014-04-10


NLDR:
Daniel BOUKMAN - Biographie
Nom / Prénom BLÉRALD Daniel / pseudonyme d’écrivain BOUKMAN
Date et lieu de naissance 15 avril 1936 à Fort-de-France
Situation professionnelle retraité
Études (1954 – 1960) licence de lettres classiques Paris, La Sorbonne.

1961
  • Entrée en insoumission.
  • Refus de participer à la guerre coloniale d’Algérie.
  • Départ pour le Maroc.

1962 – 1981
  • Séjour en Algérie indépendante.

1966 – 1981
  • Enseignant de français au lycée Ibn Toumert (Boufarik) au service du Ministère de l’Education Nationale Algérien.
  • Activités journalistiques: Algérie Républicain, El Moudjahid, Révolution Africaine, Afrique-Asie, etc...

{jathumbnail off}

Commentaires   

#1 Guest 17-06-2014 18:19
Mr. Blerald was my French teacher.
I liked him a lot because of his love to Movies and Cinema

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir