Catégorie : Economique

L’orange de Boufarik dans tous ses états

Dans son jardin de Boufarik l’orange est devenue inaccessible pour les modestes bourses. Au cours de ces dix dernières années, les prix des agrumes ont atteint lentement mais sûrement des pics renversants avec la Navel à plus de 120 DA aujourd’hui, alors que la Clémentine est à plus de 150 DA, au moment où la production est « dans un état critique », pensent des experts en agrumiculture. Dans la mythique « Ville des oranges », en plein cœur de la fertile plaine de la Mitidja qui s’étend d’El-Affroun à l’ouest jusqu’aux piémonts des confins de l’Atlas blidéen, à l’Est, vers Réghaia, l’orange vend dorénavant chèrement sa peau: les prix oscillent en moyenne entre 80 et 150 DA le kilogramme pour les trois grandes variétés précoces, la Thomson, la Navel et la Washington.