Djenadia pour pallier l’absence de l’Etat

Vide culturel en ce mois de ramadan pour toute la wilaya de Blida mais une bouffée d’oxygène provenant de la très entreprenante association de musique andalouse, El Djenadia de Boufarik, qui a établi un programme pour chaque fin de semaine de ce mois de ramadan.

Le premier jeudi a été réservé à la musique chaâbie avec l’invitation faite à Kamel Meziani de venir à Boufarik bercer les fans de ce genre de musique et, en même temps, ses admirateurs. 41 ans et un premier prix national dès l’âge de 22 ans –en 1989- à la salle Ibn Khaldoun. Ce succès sera suivi par une invitation à une tournée au Maroc en 1990 puis un passage à l’ombre, aggravé par les événements vécus par l’Algérie. Une reprise ces dernières années encouragée notamment par l’association El Djenadia et préparation d’un CD qui sortira prochainement. On apprendra que les enregistrements de son succès en 1989 ne lui ont jamais été remis.

Manque de chance, une panne de courant électrique a annulé la soirée programmée à la salle « Mille et une nuits » de Boufarik et les organisateurs ont dû se rabattre sur le local du siège afin d’assurer la tenue de cette soirée. L’espace était occupé jusqu’aux dernières chaises et la tradition d’offrir la zalabia était toujours de mise.

M. Mammou Benyoucef, président de l’association, confirmera le programme arrêté depuis plus d’un mois pour animer les soirées ramadanesques. Farid Khodja, chantre de la musique andalouse sera présent jeudi prochain à la salle Azzouz, Imène Sabir et son maître Moussa Haroun animeront dans la même salle la soirée du 25 septembre dans le genre haouzi et medh avant de céder la place le 02 octobre, à la salle de Mme Mihoub, à l’association avec les 89 membres formant toutes ses classes. Dans la même soirée se déroulera la cérémonie de la circoncision de quelques enfants en collaboration avec le croissant rouge algérien et le traditionnel moment du henné avec zorna et distribution de cadeaux.

M. Mammou, qui a repris le flambeau de la direction de l’association, tiendra à signaler que les salles étaient offertes gracieusement et ne manquera pas d’attirer l’attention sur l’absence d’aide financière depuis cinq longues années. Flambeau de l’éducation à la musique andalouse, l’association El Djenadia de Boufarik, forte de sa centaine de jeunes musiciens et chanteurs, a reçu durant deux années consécutives -2007 et 2008- le 1er prix du festival de musique andalouse au Palais de la Culture à Alger. Elle fut invitée à Mostaganem avec prise en charge totale et une aide financière des organisateurs pour sa contribution. « Le dernier festival du haouzi à Blida est une honte en comparaison. » Le Président révèlera que ses éléments n’ont eu droit qu’à une limonade. « Même l’enregistrement de notre passage sur scène ne nous a pas été remis alors que les professionnels ont eu droit à 30 millions de centimes » dira amèrement le responsable de l’association qui honore Boufarik et toute la wilaya de Blida.