Un théâtre d’envergure internationale à Boufarik: «Le Colisée» tombe en ruine

Juste derrière la mairie de la ville de Boufarik se trouve la grande salle de cinéma Le Colisée. Ce joyau architectural a vu le jour vers 1874, grâce à l’architecte italien Antoine Betoli qui en a été l’artisan.

Fermée depuis plus de 14 ans, la mythique salle Le Colisée se trouve aujourd’hui dans un état lamentable. Qui parmi les citoyens boufarikois, petits, grands, hommes et femmes n’a pas mis les pieds dans cette merveilleuse salle à l’architecture agréable ? Jadis, c’était un théâtre de grande envergure internationale, qui a fait le bonheur des colons français et des Algériens après l’indépendance. Cette grande salle, d’une capacité de 730 places, balcons compris, a vu défiler les plus grands chanteurs et chanteuses algériens et étrangers, dont El Anka, Seloua, Guerrouabi, Driassa et même le fameux chanteur libanais Marcel Khalifa…


Les meilleurs comédiens de théâtre, Alloula, Sirat Boumediène, Yasmina, Omar Guendouz..., à travers leurs pièces de théâtre, ont fait rire et pleurer un public boufarikois attentionné et connaisseur. Ledjouad, Hafila tassir, Mir ou rabi kbir… sont de célèbres pièces jouées au Colisée et qui restent gravées dans la mémoire des Boufarikois. «J’avais 10 ans, intervient Saïd, âgé aujourd’hui de 49 ans, lorsque j’ai participé à une chorale sur cette merveilleuse scène à l’émission ‘‘El hadiqua Essahira’’ avec les premiers clowns de notre époque, Hdidouane et Ma Messaouda. Quand je vois l’état actuel de la salle, j’ai les larmes aux yeux», regrette-t-il. Aussi, durant les années 1980, pas mal de familles boufarikioses, celles qui n’avaient pas assez d’espace dans leur demeure, louaient la salle pour y célébrer les fêtes de mariage. «C’était que du bonheur», a affirmé Nadia, la quarantaine.

Une partie de l’édifice squattée

Ce qui fait mal aussi, c’est le côté gauche de la scène où se trouvaient les trois loges pour les artistes et les sanitaires. Elles sont occupées par un agent de la Poste qui en a fait son logement, en fermant tous les accès qui mènent à l’intérieur de la salle. Malgré la plainte déposée par l’ancienne APC, l’affaire est en stand-by. Les citoyens boufarikois ne demandent pas plus que la réhabilitation de ce prestigieux édifice en lui rendant sa vocation dédiée à l’art. Selon M. Sellami, membre de l’exécutif, un budget spécial sera alloué pour les besoins de l’aménagement et la rénovation de la salle. «Une fois le budget accordé, l’appel d’offres sera lancé pour l’étude et l’aménagent de la bâtisse», déclare-t-il. Espérons que la prise en charge de la salle Le Colisée sera effective, puisque cela fait des années qu’on parle de sa rénovation sans que ces promesses soient concrétisées.
                   
Source: ElWatan - 27.03.2014